Bombe à graines

Lancer des bombes à graines pour amener plus de couleur en ville !

Faire un attentat de graines, c’est semer la vie…

Le 17 mai, la Bibliothèque Hergé a mené une action Bombes à graines. Elle organisera une nouvelle « Guérilla jardinière » à travers tout Etterbeek, le samedi 24 juin après-midi. Rassurez-vous, cette guérilla est totalement pacifique. Elle est basée à la fois sur le souhait de redonner ses droits à la nature en ville, et l’envie de retisser le lien entre homme et nature en milieu urbain. L’approche sera avant tout ludique. Apprenez à fabriquer vos bombes à graines, puis partez en commando sans tarder et lancez vos bombes partout où vous aimeriez voir pousser des fleurs.

La nature est belle. Elle nous fait du bien, nous rapproche les uns des autres, améliore notre cadre de vie et nous rend d’innombrables services. La présence et la proximité de la nature ont un effet particulièrement positif sur la qualité de vie en ville et sur la santé des habitants. Cependant, avec l’essor démographique que connaît Bruxelles, protéger les ressources naturelles et les espèces, valoriser la nature et préserver des espaces verts en suffisance représentent un véritable défi.

Depuis quelques années, la « Guérilla jardinière » s’empare de nos villes : lancer des bombes à graines, c’est une façon assez libre de semer des plantes. On donne ainsi une chance à la nature de reprendre un peu de place face au béton. Au pied des arbres le long des rues, dans les terrains vagues et autres lieux abandonnés… Une façon de redonner des couleurs à la ville, mais aussi de procurer un peu de nourriture aux abeilles et autres insectes !

Cette « Guérilla jardinière » (ou Green Guerrilla) est une forme d’action directe, politique utilisant le jardinage comme moyen d’action écologiste, qui a vu le jour à New-York dans les années ‘70. Elle défend le droit à la terre, la réforme agraire, et la permaculture. Elle tente de s’opposer à l’excès de béton dans nos univers urbains, afin de faire réagir les pouvoirs publics. A Londres, où les espaces verts manquent cruellement, les guérilleros sont extrêmement actifs. Au-delà des bombes de graines, les jardiniers-guérilleros réalisent des potagers dans des espaces urbains délaissés, font pousser des « incroyables comestibles » sur les plates-bandes et réalisent de l’art urbain avec de la mousse.

En bref c’est une sorte de réappropriation de l’espace public urbain (friches, zones industrielles, espaces verts) par des citoyens désireux de remettre la nature en ville, avec en filigrane des questions brûlantes sur l’autonomie alimentaire des villes, la place du beau dans la cité et sur la propriété privée mal gérée.

Mais c’est avant tout très amusant et délicieusement subversif!

Prenez une pause et reconnectez-vous à la nature…